Anacej www.anacej.asso.fr

Actualités

01/12/2010

“Les jeunes démontrent, lorsque l’on prend le temps de les écouter, qu’ils sont loin des clichés”

Après Cecile Develay et Edouard Zambeaux, c’est Dominique Boutel qui a gagné le prix Stop aux clichés catégorie radio cette année pour un reportage intitulé “Les jeunes et l’opéra” diffusé dans l’émission “Sonnez les matines” sur France Musique. Rencontre.

Connaître les autres lauréats en un clic.

Vos impressions en apprenant que des jeunes vous ont décerné le prix stop aux clichés ?

Quelle merveilleuse récompense que ce prix « Stop aux clichés sur les jeunes ». J’ai été très fière lorsque j’ai appris que j’étais sélectionnée, puis que j’avais gagné.

C’est pour moi la reconnaissance parfaite d’un travail entrepris à la radio depuis vingt ans, donner la parole aux jeunes dans le cadre de leurs activités culturelles, faire entendre ces voix multiples, qui souvent ont beaucoup à nous apprendre sur leur perception du monde que nous sommes censés leur construire. La parole des jeunes exprime un autre point de vue, situé ailleurs ; on parle beaucoup d’eux mais on les laisse rarement parler, et pourtant, ils démontrent, lorsque l’on prend le temps de les écouter, qu’ils sont loin des clichés que la plupart des médias véhiculent.

Que ce prix soit décerné par des jeunes, et qu’en faisant le choix de cette émission, il y reconnaissent une parole libre, sincère m’a particulièrement touchée.

Que pensez-vous de cette initiative ?

Je pense que cette campagne est intéressante à plusieurs points de vue : elle sensibilise les médias à l’absence de place laissée à la parole sur les jeunes qui me semblent en cette période de notre histoire , instrumentalisée par le pouvoir pour faire « peur ».

Elle oblige également les jeunes à se définir au sein de la communauté, non comme une entité séparée mais comme partie prenante de notre monde.

Elle permet également de réfléchir à la place que nous souhaitons donner à nos jeunes : sont-ils là uniquement pour avaler connaissances, pour obéir, pour être « sages » ou ont-ils réellement le droit d’appartenir à la communauté et donc de mériter l’écoute, le respect qui sont dus à chacun des citoyens . N’avons-nous pas le devoir, nous adultes, de positiver leur belle énergie, même si elle est souvent dérangeante , de créer des ponts pour éviter le repliement culturel et social?

Dans une société où l’on met en prison des « enfants » de 13 ans, et où, dans le même temps on leur refuse le droit de s’exprimer collectivement, de vraies questions se posent concernant notre rapport à la jeunesse et la réflexion qui entoure un événement comme « Stop aux clichés sur les jeunes » nous oblige à poser le débat sur la place publique . C’est formidablement démocratique, non ?

Propos recueillis par MPP

Imprimer cet article Imprimer cet article

Rédiger un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.