Anacej www.anacej.asso.fr

Actualités

18/07/2016

Pourquoi rejoindre le ComJ ?

Le Comité jeunes de l’Anacej regroupe des jeunes de 15 à 23 ans issus des conseils de toute la France. Le mandat 2015-2016 se terminera à la suite du Congrès de l’Anacej, il est donc maintenant venu le temps de renouveler cette instance ! Nous leur avons demandé pourquoi il faut rejoindre le Comj…

IMG_0766

Une partie du ComJ lors du week-end au Grau-du-Roi en avril 2015 ©Anacej

Peux-tu me dire ce qui t’a le plus marqué au cours de ton mandat et pourquoi ?

Amélie : “J’ai pu représenter mes collègues lorsque Le Petit Journal de Canal+ nous a invité à parler de la campagne Stop Aux Clichés sur les jeunes dans les médias.  J’ai également beaucoup apprécié les Assises du Journalisme à Tours où nous avons pu discuter avec quelques journalistes de cette même campagne.”

 

Fatoumata : “L’événement qui m’a le plus marqué est bien entendu mon séjour en Suisse, pendant lequel je représentais l’Anacej pour expliquer le fonctionnement des conseils français. Le système politique et civique est différent de la France. Il y a une énorme implication de tous ces jeunes dans les différents parlements de jeunes. Chez eux, l’élaboration des projets est plus souple que dans les conseils de jeunes en France. L’accessibilité des hommes politiques est notamment beaucoup plus facile.”

Maxence : “Sans aucun doute la remise du Prix Cap’Com-Anacej. Cette représentation s’est déroulée en deux temps : le jury et la remise. Dans le cadre du jury, nous avons eu le privilège de sélectionner les lauréats de ce prix à l’Assemblée nationale sur invitation de son Président. Ensuite, la remise s’est déroulée près de Tours dans un lieu original : le Point Haut, qui est un ancien bâtiment industriel reconverti en résidences d’artistes.”

salon-education©StopAuxCliches

Le Trombinoclichés de Freddy du Comj avec Pascale Boitard, Secrétaire d’État auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie

Freddy : “J’ai participé à de nombreux “trombinoclichés” lors de différents événements ; Salon de l’Éducation, journée de l’Europe, Festival Expresso… Ces activités sont très intéressantes car elles permettent de rencontrer d’autres jeunes engagés dans différents domaines ou des jeunes non engagés. Les événements m’ayant le plus marqués sont cependant le Congrès de Villeurbanne et mon passage au Petit journal.

Si tu devais continuer ton engagement au sein du ComJ, que souhaiterais-tu développer ?

Amélie : “Enrichir encore et toujours plus les campagnes #JeVote et Stop Aux Clichés, mes deux “coups de cœur”. Il est nécessaire que les jeunes et moins jeunes prennent conscience que leur avis est important !”

Fatoumata : “Si je devais continuer mon engagement, je souhaiterais développer la communication sur l’existence du ComJ. Je pense qu’il est important de savoir que le Comité jeunes existe, même si tout le monde ne peut pas y participer. Recueillir les idées des autres jeunes serait appréciable.”

Mathilde : “Je pense que ce qui gagne à se développer, ce sont les méthodes de travail entre les membres du ComJ. C’est difficile de travailler à distance, et de rester mobilisé de manière continue. Peut-être que si nous étions plus nombreux, nous serions d’autant plus efficaces !

Que retiens-tu de cette expérience ?

Sandy : “Je retiens beaucoup de choses de cette expérience. On partage quand même deux ans ensemble, même si nous nous rencontrons que trois week-end par an, nous communiquons régulièrement sur internet et par téléphone, donc des liens se créent. Le Comité jeunes m’a prouvé qu’il n’y a pas qu’une seule façon de s’engager au sein d’un conseil mais aussi que nous avons tous une façon de travailler différente mais que cela ne nous empêche pas d’aboutir à un résultat de qualité.”

Amélie : “Mon expérience au sein du ComJ m’a permis d’enrichir mes connaissances. Je ne savais pas qu’il y avait autant de dispositifs de participation pour les jeunes ! J’ai aussi plus appris sur les différentes compétences des institutions régionales et départementales par exemple. Cette aventure m’a aussi permis de vaincre un peu plus ma timidité et de prendre plus confiance en moi !”

Fatoumata : “Je ne retiens que le meilleur, notamment dans mon évolution personnelle. Je pense que j’ai pas mal évolué. Je connais plus de choses au niveau du civisme et c’est important. Je suis aussi moins timide devant les autres quand je dois prendre la parole… Au sein du ComJ, il y a une mise en confiance et j’aime ça. C’est donc une expérience qui fait évolué, qui fait grandir.

Enfin, que dirais-tu à un conseiller jeune qui hésite à rejoindre le ComJ ?

Freddy : “Fonce, tu n’as rien à perdre. Ton seul risque est d’être surpris par le fait que si tu es motivé tu peux faire de grandes choses à une grande échelle. Je lui dirais également qu’il faut pouvoir être assez autonome pour les déplacements et le travail à distance.”

Mathilde : “Parfois, il ne faut pas hésiter à passer par l’échelon supérieur pour faire évoluer les choses. Représenter sa collectivité au niveau national, c’est une vraie opportunité. Être membre du ComJ, ça ne débouche que sur de belles choses : des rencontres géniales, des évènements conviviaux, et une expérience très enrichissante !”

Vous voulez en savoir plus sur leur rôle et leurs activités ? Retrouvez l’article consacré à ce sujet ici !

Vous êtes ou avez été membre d’un conseil de jeunes adhérent à l’Anacej et souhaitez rejoindre le Comité jeunes ? Contactez Simon de l’Anacej par mail !

Imprimer cet article Imprimer cet article

Rédiger un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.